MAI 2014

Renouveler l’engagement que nous avons pris à Muskoka : réduire le taux de mortalité infantile grâce aux vaccins et aux micronutriments

« Nous pouvons éviter et guérir la pneumonie et la diarrhée. Pourtant, elles sont depuis trop longtemps la principale cause des décès infantiles dans le monde. Nous savons ce qu’il faut faire et nous avons fait de grands progrès. Mais, nous devons faire mieux. Nous devons intensifier les solutions éprouvées et veiller à atteindre tous les enfants dans le besoin ». –Ban Ki-moon, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies Au cours des 20 dernières années, le taux de mortalité infantile n’a pas cessé de diminuer. Mais, en dépit de ces réalisations, nous sommes encore loin d’atteindre nos objectifs de réduction du taux de mortalité infantile et maternelle (Objectifs 4 et 5 du millénaire pour le développement). Malheureusement, en 2012 seulement, plus de six millions d’enfants sont morts de causes évitables, y compris la pneumonie et la diarrhée.[1. http://www.unicef.ca/fr/discover-fr/article/survie-de-l%E2%80%99enfant] À elles seules, la pneumonie et la diarrhée sont responsables de 29 % des décès d’enfants de moins de cinq ans, soit deux millions d’enfants par an![2. http://www.who.int/woman_child_accountability/news/gappd_2013/en/] Ces deux maladies sont souvent le résultat de la pauvreté, du manque d’accès aux services de vaccination ou de santé de routine et de la carence en vitamine A et d’autres micronutriments essentiels, tels que le zinc. Investir dans les vaccins et les micronutriments s’est avéré d’un grand apport pour lutter contre la pneumonie et la diarrhée, et pour réduire les taux de mortalité infantile et néo-natale.

Investir dans des SOLUTIONS efficaces et éprouvées

En 2010, le Canada incitait les pays du G8 à lancer l’Initiative de Muskoka amassant 7,3 milliards $, consacrés au programme pour la Santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant (SMNE). Le Canada a investi 2,85 milliards $ au total pour 2010-2015.[3. http://www.acdi-cida.gc.ca/acdi-cida/ACDI-CIDA.nsf/fra/CAR-31182344-VFD] Grâce à l’Initiative de Muskoka, le Canada finance la prestation et le développement de vaccins et de supplémentation en micronutriments par l’entremise de la GAVI et de l’Initiative pour les micronutriments . Les investissements dans le SMNE ont fait en sorte que 700 000 enfants de plus ont vécu jusqu’à leur cinquième anniversaire en 2011 par rapport à 2010. Au cours des cinq dernières années,[4. http://can-mnch.ca/wp-content/uploads/2013/09/CAN-MNCH_FINAL_PUSH_Sept14_-2013ENG1.pdf] les décès maternels ont fortement diminué dans 125 pays. Plusieurs vaccins protègent contre la pneumonie, y compris les vaccins contre la coqueluche, la rougeole, et l’infection à Haemophilus influenzae de type b (Hib) ainsi que le vaccin antipneumococcique. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande qu’ils soient tous inclus aux programmes de vaccination systématique des enfants. Malgré les recommandations de l’OMS et l’impact des vaccins susceptibles d’éviter des maladies mortelles, plus de 22 millions d’enfants dans le monde n’ont toujours pas accès à la vaccination systématique, ce qui les rend vulnérables aux maladies évitables/[5. http://www.who.int/immunization/en/] La supplémentation en micronutriments est essentielle à la prévention et au traitement de la diarrhée. Les sels de réhydratation orale et le zinc font partie du traitement très efficace contre les infections diarrhéiques.[6. http://www.unicef.org/media/files/Final_GAPPD_main_Report-_EN-8_April_2013.pdf] En outre, deux fortes doses de supplémentation de vitamine A par an rehaussent la protection contre la diarrhée et les infections respiratoires, entre autres maux. On estime que les micronutriments ont un retour sur l’investissement de 30 $ pour chaque dollar dépensé.

Atteindre les enfants les plus difficiles à rejoindre grâce aux services de santé communautaire

N´Goné est une agente de santé communautaire bénévole sénégalaise ayant été formée pour soigner les enfants souffrant de paludisme et de diarrhée dans son village de N´Gomène Keur Atou. N´Goné soigne régulièrement des enfants qui souffrent de diarrhée. Elle conseille de la traiter avec du zinc et des sels de réhydratation orale (SRO). Non seulement l’utilisation du zinc, allié aux SRO pour traiter la diarrhée aide-t-elle aux enfants à se remettre plus vite, elle contribue également à en empêcher la fréquence. N´Goné participe bénévolement à un projet pilote de santé communautaire dans le cadre duquel une formation est offerte pour veiller à ce que les collectivités éloignées aient accès aux soins de santé. En cas de succès, le projet sera mis en place partout au Sénégal.[7. http://www.micronutrient.org/Francais/View.asp?x=873]

Un engagement renouvelé du Canada en ce qui concerne les enfants et les mères du monde

L’Initiative de Muskoka se termine en 2015 et nous demandons au Premier ministre Stephen Harper de renouveler l’engagement du Canada envers les enfants et les mères en augmentant le financement de cette Initiative, à 3.25 milliard $ au cours des cinq prochaines années. En outre, cette nouvelle phase de Muskoka doit veiller à ce que nous atteignions chaque femme et chaque enfant. Du 28 au 30 mai 2014, le Canada sera l’hôte du Sommet « Sauver chaque femme, chaque enfant : un objectif à notre portée » à Toronto. Le Sommet réunira des parties prenantes, des experts et des décideurs mondiaux en provenance des gouvernements, d’organisations internationales, de la société civile et du secteur privé pour faire le bilan des progrès réalisés à ce jour et pour discuter de la voie à suivre.[8. http://www.international.gc.ca/development-developpement/mnch-smnne.aspx?lang=fra]
Change in Theme Options or on the cause edit page
Change in Theme Options or on the cause edit page
Sign in
Sign in to access activist publications and our discussion forums.