MARS 2018

Recherchés : des leaders pour un monde sans TB



« Voici l’essentiel : sois brave, sois déterminé (…) lorsque la vie t’ébranle, tu dois l’ébranler avec encore plus de vigueur! »

– Nandita Venkatesan, survivante et militante pour la cause de la TB. [traduction libre]

Nandita Venkatesan est née pour danser. Jeune fille, elle se lance dans une formation de danseuse Bharatnatyam à Mumbai en Inde. Toutefois, le jour où la tuberculose (TB) entre dans sa vie, tout bascule. Pendant neuf ans, alors qu’elle est adolescente puis jeune adulte, Nandita mène un combat contre la TB. La bactérie prend contrôle de son corps et le combat pour la stopper exige des années de traitements toxiques ainsi que plusieurs chirurgies. Ultimement, les effets secondaires des médicaments lui causent une perte permanente de l’ouïe. À partir de ce moment, Nandita ne peut plus entendre la musique qui nourrissait sa danse. (Voyez sa vidéodisponible seulement en anglais)

  • Le monde s’est entendu pour mettre fin à la TB d’ici 2030, cependant, le taux de mortalité ne diminue pas.
  • En 2017, la TB a causé la mort de 1,7 million de personnes, soit plus que le VIH et la malaria ensemble.[3]
  • La TB touche plus d’1 million d’enfants dont 150 000 en meurent chaque année. (lien vidéo – en anglais)
  • La TB est une maladie traitable et guérissable.
  • Chaque 1 $ US investi dans la lutte contre la TB rapporte 43 $ US.
  • À l’aide d’investissements et d’engagements coordonnés à l’échelle mondiale, nous pouvons atteindre nos objectifs.

Toutefois, au cours de sa convalescence, elle a retrouvé la danse et a poussé les limites de son handicap pour retrouver une vie au-delà de la TB. « Je me suis servie de la danse pour refaire surface et comme façon de retrouver ma confiance qui avait été ébranlée. » Nandita est une source d’inspiration. Cette année, lors de la Journée mondiale de la TB, nous nous joignons à elle, aux millions de survivants ainsi qu’aux communautés aux prises avec la TB. Nous les appuyons dans la poursuite de leur combat.

Le 24 mars est la Journée mondiale de la TB, et c’est l’occasion de solliciter un engagement politique et social visant à éliminer l’épidémie de TB. Nous nous trouvons à un véritable tournant dans la réponse mondiale à la TB. Dans de nombreux pays, le financement diminue. De plus, à l’échelle mondiale le financement destiné à la recherche et au développement de nouveaux médicaments et instruments de diagnostics stagne. Cette négligence a permis à la TB de se hisser au premier rang des maladies infectieuses les plus mortelles au monde.[1]

Mais il y a de l’espoir. En septembre 2018, l’Organisation des Nations unies tiendra une « Réunion de haut niveau » qui portera sur la tuberculose (RHN sur la TB)[2]. Nous ferons pression pour que les chefs de gouvernements et les hauts responsables politiques y participent. La tenue de ces réunions est rare et celle-ci sera la première à porter sur la tuberculose. Seulement six réunions ont porté sur des enjeux de santé mondiaux – toutefois – chacune d’elle a donné lieu à de réels progrès. La RHN sur la TB est la conjoncture politique que nous attendions. Elle permettra d’harmoniser les initiatives mondiales et de stimuler les intérêts envers l’agenda 2030, puis de mettre en œuvre la stratégie permettant de mettre fin à la TB.

Le Canada et la lutte mondiale pour mettre fin à la TB :

  • Principal donateur du Fonds mondial (disponible en anglais seulement) dans la lutte contre le SIDA, la TB et la malaria, hôte de la 5e Conférence de reconstitution tenue en septembre 2016.
  • Principal fondateur du programme TB REACH (disponible en anglais seulement) permettant d’identifier des millions de cas de TB.
  • Appuie d’excellents instituts de recherche (disponible seulement en anglais) qui cherchent de meilleures façons de diagnostiquer, de traiter et de prendre soin des personnes atteintes de TB.

Le Canada est un chef de file sur la scène internationale et il compte parmi les 193 pays membres de l’ONU qui peuvent décider du sort de la RHN de l’ONU sur la TB. En y envoyant le premier ministre et les ministres clés, le Canada contribuera à encourager le leadership mondial et cela fera en sorte que l’on obtienne de solides engagements de la part des décideurs – c’est-à-dire ceux qui structurent les budgets, les politiques et les stratégies. Nous devons exiger que nos dirigeants mondiaux soutiennent un monde sans TB.

Lors de la Journée mondiale de la TB, nous illuminerons le monde en ROUGE afin de mettre en lumière la lutte mondiale contre la TB. Par le biais de l’illumination de monuments et de sites d’intérêts dans nos villes, nous sommes solidaires avec les survivants et les communautés atteintes et nous encourageons nos dirigeants à faire de même.

[1] OMS 2017 Rapport sur la lutte contre la tuberculose dans le monde 2017 http://www.who.int/tb/publications/global_report/fr/

[2] Pour plus d’information au sujet de la réunion de haut niveau sur la TB, consultez : http://www.tbcoalition.eu/wp-content/uploads/2015/03/TBEC-Paper-EN_final.pdf] (disponible en anglais seulement)

[3] En 2016, 626 000 personnes sont mortes de causes liées au sida (excluant 374 000 décès causés par la tuberculose parmi les personnes séropositives) (http://www.unaids.org/en/resources/fact-sheet). Au cours de la même année, le paludisme a tué 429 000 personnes (http://www.who.int/malaria/media/world-malaria-report-2016/fr/)

Change in Theme Options or on the cause edit page
Change in Theme Options or on the cause edit page
Sign in
Sign in to access activist publications and our discussion forums.