Le point sur le Partenariat mondial pour l’éducation

le mardi 27 juin 2017 dans Nouvelles

Le gouvernement du Canada a récemment proposé un plan ambitieux pour promouvoir l’égalité hommes-femmes et l’émancipation des femmes et des filles. La politique d’aide internationale féministe a pour respectable objectif de réduire la pauvreté et de bâtir un monde d’inclusion, de paix et de prospérité. Toutefois, cette initiative ne pourra porter ses fruits que si elle s’accompagne d’un financement à la hauteur de ses ambitions.

L’éducation est l’une des plus puissantes stratégies de réduction de la pauvreté et d’émancipation des femmes et des filles. Les filles qui reçoivent une instruction ont moins d’enfants, donnent naissance à des bébés en meilleure santé et touchent des salaires plus élevés. Une éducation digne de ce nom profite à tous : aux familles, à la population et au pays. Pourtant, il y a encore 263 millions d’enfants et de jeunes qui ne sont pas scolarisés – la majorité étant des filles.

L’éducation est un investissement de taille, mais il est très rentable. Pourtant, le déficit de financement de l’éducation planétaire se creuse, et au Canada, l’investissement dans l’éducation reste très faible : moins de sept cents par dollar dépensé pour l’aide au développement officielle. Nous pouvons faire mieux; c’est pourquoi nous demandons au gouvernement du Canada de doubler son investissement dans le Partenariat mondial pour l’éducation, ce qui représentera 260 millions de dollars sur trois ans (2018-2020). Avec un engagement de cette ampleur, la politique d’aide internationale féministe du Canada recevra un financement suffisant pour donner lieu à un changement en profondeur. 

Vous voulez en savoir plus et passer à l’action? Lisez le plaidoyer pour l’investissement du Partenariat et les fiches d’action de mai et juin. Restez à l’affût, vous entendrez parler de nous au cours des prochains mois!

Sign in
Sign in to access activist publications and our discussion forums.